Le Vukland n'existe pas, et pourtant, on s'y croirait: sur cet archipel inventé par Anthony Pastor, quelque part entre l'Islande et le Groenland, les tensions de classes atteignent doucement mais sûrement leur point de rupture. Le président fraîchement élu y mène une politique ultra-libérale et sécuritaire, et semble prêt à tout pour faire taire la rue qui se soulève. Dans les manifs se mêlent jeunes gauchistes, groupes de skinheads à l'idéologie raciste et représentants du peuple Kivik, qui occupait jusqu'à présent un territoire autonome sur l'île de Saarok, juste en face de Numak City, la capitale du Vukland. Une autonomie remise aujourd'hui en question par un projet de barrage qui, au-delà d'une catastrophe écologique annoncée, permettrait à l'État de mettre la main sur les "Kafikadiks", des pierres sacrées aux vertus insoupçonnables que les Kiviks entendent bien défendre à tout prix. Au point de basculer dans les assassinats? Un ingénieur est en tout cas retrouvé tué par balle, le front marqué d'un "No Dam" qui ne laisse appare...