En 2019, l'année de mes 50 balais tout de même, j'ai décidé d'essayer de réaliser l'un de mes plus vieux rêves: visiter l'Islande. Cela fait des décennies que je reporte ce voyage, pour différentes mauvaises raisons, parmi lesquelles l'inadéquation entre une paye de pigiste et le prix de la vie islandaise. Mais là, c'est donc décidé: même si je ne dois me nourrir que du sucre offert avec le café à 4 balles et d'un macareux attaqué à la catapulte durant mon séjour, l'an prochain, je vais faire en sorte d'y aller. Et donc, en prévision, je m'informe. Qu'y voir? Qu'y faire? Parmi ces informations, il en est une dont je n'avais jusqu'ici jamais, mais alors vraiment jamais entendu parler, qui me donne comme qui dirait des envies de génocide. Et de partager cette envie de génocide, cela va sans dire. Attention, on s'assied sous peine de se faire mal au coccyx, c'est un très gros dossier. Trois. Deux. Un. Boum. Alors voilà, l'Islande est l'un des pays les plus vandalisés au monde. Vandalisé, oui. Par les habitants mais surtout par les touristes. Et parmi ces touristes, on compte des artistes contemporains et Justin Bieber. Pif, paf, pouf: si ça, ...