L'air de rien, voilà près de vingt-cinq ans que Karin Viard occupe le haut de l'affiche, se mouvant avec naturel entre cinéma populaire et films d'auteurs. Le genre d'actrice à pouvoir enchaîner La Famille Bélier, d'Eric Lartigau, et Lolo, de Julie Delpy; 21 nuits avec Pattie, des frères Larrieu, et Les Visiteurs 3, de Jean-Marie Poiré, pour ne citer que quelques exemples récents. Et à s'en trouver fort bien, elle qui confie se sentir autant à l'aise dans un registre que dans l'autre: "C'est toujours mon métier. Le cinéma populaire, oui, bien sûr, si ça m'intéresse, si c'est vraiment drôle et si le sujet me plaît. Et le cinéma d'auteur pour les sujets, les situations, des personnages plus complexes, souvent un peu tordus, moins cousus de fil blanc..." Ainsi, aujourd'hui, de la mère qu'elle campe dans Les Chatouilles, d'Andréa Bescond et Eric Métayer (lire notre critique), une femme qui, confrontée à la révélation des attouchements dont sa fille a été victime enfant, va lui opposer un déni cassant - un rôle difficile que la comédienne endosse avec aplomb. Avec ce qu'il faut de nuances aussi pour que le propos gagne encore en aspérités; ce qui s'appelle une composition magistrale.
...