Un bâtiment aux couloirs garnis de murs ternes. Un sol recouvert d'un linoleum hideux qui reflète, à travers la fenêtre, la pâleur du ciel d'hiver. Le mal-être colle partout, malgré la forêt vallonnée qui nous entoure et montre les premiers signes d'un printemps qui tarde venir. Le visiteur serait vite tenaillé par une déprime soudaine et confondante, si l'activité qui y règne ne tenait pas de la ruche en pleine période de floraison. Techniciens, cadreurs, scriptes, preneurs de son s'activent à la préparation du prochain plan, un moment clé dans la deuxième saison d'
...