Installé dans l'ancien théâtre Ninon, à Avignon, l'Episcène et ses 98 places accueilleront huit spectacles belges entre le 6 et le 29 juillet prochains. "Ce sont huit créneaux que les compagnies belges pourront mettre à profit pour se faire remarquer par les programmateurs", s'enthousiasme Justine Donnay, attachée de presse du Théâtre Episcène.

Ces derniers se déplacent en effet de moins en moins, malgré le succès critique ou public d'une oeuvre. Le Festival d'Avignon, l'un des plus grands événements théâtraux du monde francophone, fait cependant exception. À côté du "IN", surnom communément donné à la programmation officielle, le "OFF" fait office d'antichambre, où les amateurs côtoient les compagnies subventionnées.

"Notre but avec le Théâtre Episcène est de sélectionner huit spectacles de qualité -du théâtre classique au contemporain, du cirque aux spectacles musicaux, en passant par le théâtre gestuel ou d'objets- pour leur offrir une visibilité et qu'ils puissent se démarquer au sein du 'OFF'', expose Justine Donnay. "Les programmateurs français pourront alors acheter leurs productions." Les artistes belges ont en effet la cote en France grâce à des créations et un savoir-faire très singuliers, souligne le nouveau théâtre, mais il reste difficile pour ces artistes de vivre de leur talent.

Jusqu'à présent, trois oeuvres ont déjà leur ticket pour juillet 2018 au Théâtre Episcène. Deux compagnies sont également en pourparlers avec les organisateurs.

L'organisation de cette première édition estivale sera en outre complétée par la location des locaux durant le reste de l'année afin de développer le lien avec le nouveau théâtre tout au long de l'année et de rentabiliser cet énorme projet.