J'ai été très surprise de lire ce jeudi que la subvention permettant la remise des Prix de la Critique serait "supprimée" ou "retirée". Il n'en est rien. La Cérémonie continuera d'être soutenue comme depuis plusieurs années déjà, par moi et mes prédécesseurs. J'y reviendrai. J'ai eu l'honneur d'y être conviée à deux reprises, invitation que j'ai honorée avec plaisir, convaincue de l'utilité de cette cérémonie qui permet de récompenser les talents qui animent nos arts de la scène. Ils sont nombreux, qu'ils débutent ou qu'il s'agisse de représentants confirmés; qu'ils soient actifs dans l'ombre ou au-devant de la scène.

Lors de ces deux participations, auxquelles j'avais mis un point d'honneur à être présente, j'ai pu y constater la diversité et l'excellence qui président à cette soirée, tout comme la convivialité et la passion. C'est sur le compte de cette dernière que je mettrai la démarche qui a été celle de médiatiser largement ma décision récente, reflet correct mais partiel de la réalité suivante.

L'ASBL qui préside aux destinées des Prix de la critique s'est vue refuser une aide pluriannuelle à laquelle elle postulait. Cette demande a reçu un avis négatif de l'instance d'avis. Je peux entendre que certains des arguments sont discutés par les intéressés. C'est compréhensible. Dans le cas du Prix de la critique, une cérémonie de remise de prix, il est toutefois apparu qu'une telle manifestation ne cadrait pas avec les aides pluriannuelles en arts de la scène. C'est aussi simple que cela, aussi louable soit l'intention de rendre hommage à ses acteurs.

Plus généralement, je tiens à souligner que dans le cadre des sollicitations pour des aides pluriannuelles, j'ai suivi les avis négatifs qui m'ont été remis. Il ne m'est pas étranger que l'ASBL faitière des Prix de la Critique est constituées de journalistes, caractère qui aurait pu m'inciter à un jugement orienté, intéressé. Ce ne fut pas le cas pour l'attribution des Contrats-programme, ce ne sera pas le cas non plus pour les aides aux projets pluriannuelles. Une aide au projet n'était pas le bon outil de subventionnement pour soutenir une telle initiative.

Comme ce fut le cas pour les éditions précédentes, les Prix de la Critique continueront à être soutenus sur un budget dédié aux événements promotionnels. L'édition 2018 n'est donc en rien menacée et comme les années précédentes, je m'y rendrai avec bonheur si l'équipe me fait l'honneur de son invitation.