Angelo Bison vous a glacé les sangs dans la peau de Guy Béranger, meurtrier d'enfants demandant l'asile dans une abbaye à sa sortie de prison, soit l'Ennemi public de la série RTBF au succès international? Attendez de vous retrouver face à lui dans son monologue L'avenir dure longtemps, repris actuellement au Poème 2 après avoir reçu le Prix de la Critique du meilleur seul en scène en 2016 et avoir été programmé au Théâtre des Doms au Festival d'Avignon l'an dernier.

Le comédien d'origine italienne y incarne Louis Althusser, philosophe marxiste, membre du Parti communiste français. Ce brillant intellectuel suscita l'effroi en étranglant sa compagne, la sociologue Hélène Rytmann, dans son appartement de l'Ecole Normale Supérieure le 16 novembre 1980. Déclaré "dément au moment des faits" par la justice, Althusser, qui avait traversé avant ce meurtre plusieurs dépressions profondes et multiplié les séjours en clinique psychiatrique, a livré sa version des événements, à la lumière des méandres de son existence, dans L'avenir dure longtemps, un texte publié de manière posthume en 1992. C'est ce texte, adapté et mis en scène par Michel Bernard, que sert magistralement Angelo Bison, vissé sur un simple tabouret au milieu d'une toile blanche déposée sur un lit de gravier, ne jouant que de son regard, perçant, halluciné parfois, et des variations de sa voix pour subjuguer. Une performance qui démontre que, depuis Fabbrica et Pecora Nera d'Ascanio Celestini (dont il a fait connaître la plume en Belgique bien avant qu'elle ne soit portée par David Murgia), Bison n'a rien perdu de sa superbe. Incontournable.

L'avenir dure longtemps: jusqu'au 18 mars au Théâtre Poème 2 à Bruxelles, www.theatrepoeme.be