Certes, la relation entre musique et drogue n'est pas nouvelle. Elle est au moins aussi vieille que les expériences médicinales de la mystique Hildegard von Bingen, compositrice et philosophe du XIIe siècle, qui avait catalogué (et éprouvé?) les effets de plus de 200 plantes... Cette histoire a pu donner les trips psychédéliques des sixties ou l'utopie techno sous acide. Mais aujourd'hui? Hygiénisme de l'époque oblige (?), la donne semble avoir évolué. Ringards dans le rock, superficiels dans la dance, les opiacés sont surtout présents dans un certain rap, où ils sont toutefois davantage un moyen de s'assommer (le "lean", ce mix de sirop pour la toux et de soda) qu'une manière
...