Notre spécial festivals, le numéro le plus sociologiquement métissé de l'année! Même si l'heure est au cross-over, au transgenre et à l'hybridation, il y a peu de chance que le public qui étrennera le nouveau site de Dour soit le même qui ira s'enivrer de mots à l'Intime Festival. Rien n'interdit bien sûr de cultiver plusieurs variétés dans son potager culturel, mais globalement les passions sont plutôt sélectives. Question de temps, de moyens, de milieu, de génération. En dépit des apparences, plus que des ponts, ce ne sont encore que des passerelles qui sont jetées entre les rives estivales.

On en revient à l'éternelle question de l'oeuf et de la poule: est-ce le public qui fait évoluer la programmation d'un festival ou bien l'inverse, l'éclectisme d'un line-up qui rebat les cartes des goûts et des couleurs? Car au fond ce sont surtout les artistes qui pratiquent intensément le libertinage artistique, bousculant au passage un festivalier assez conservateur dans sa démarche. D'où la difficulté d'ailleurs d'imposer de nouveaux rendez-vous dans un calendrier il est vrai bien rempli. Le cadastre des plaisirs saisonniers n'évolue qu'à la marge. Pour un Paradise City qui semble avoir trouvé la formule durable gagnante, combien de fiascos ou de jeunes pousses en équilibre instable, même quand leur ADN épouse parfaitement l'air du temps, à l'image du très hip-hop Fire is Gold?

Partager

Pour un Paradise City qui semble avoir trouvé la formule durable gagnante, combien de fiascos ou de jeunes pousses en équilibre instable?

Il faut dire que la concurrence est rude. D'autant que les "anciens", après un moment de flottement, ont appris à s'adapter et à répondre à la versatilité de la demande. En développant notamment une batterie de services annexes. Comme le logement, nouveau champ de bataille. Si le camping certifié sans silence et sans hygiène attire encore une faune juvénile, il ne fait plus rêver les quadras qui ont le sommeil fragile. D'où le développement de zones pacifiées et de bungalows dignes d'un palace.

Avec le large éventail (80 propositions!) sélectionné dans le Focus Vif de la semaine, plus d'excuse en tout cas pour ne pas sortir de son pré carré. Ce pourrait d'ailleurs être le défi détox de l'été: essayer au moins un événement qui n'est pas sur sa feuille de route habituelle!

L'édito: Festivals, contes d'été

© Hervé Bourhis