1979. Cela fait déjà plusieurs mois que, depuis le Bronx, une nouvelle culture underground est en train de s'étendre, petit à petit, dans tout New York. Mode passagère ou véritable lame de fond, l'avenir le dira. En attendant, Sylvia Robinson, boss du label Sugar Hill, le sent: il y a quelque chose à faire avec cette post-disco révolutionnaire sur laquelle des MC parlent et haranguent la foule de danseurs pendant des heures. L'ancienne chanteuse a le déclic quand elle entend un jour un pizzaiolo se mettre à rapper entre deux "quatre-saisons". Henry "Big Bank Hank" Jackson, 23 ans, n'est pourtant qu'un amateur. Mais, fan du pionnier Kool Herc, il suit la scène de près, et s'est même mis à manager Grandmaster Caz. Quelques jours plus tard, il rentre en studio, avec deux autres camarades, dégotés à la dernière minute -Michael "Wonder Mike" Wright et Guy "Master Gee" O'Brien. À trois, ils forment The Sugarhill Gang. Sorti au mois d'août, leur
...