Roméo Elvis dans le clip de "Dessert" finalement sorti sur sa propre chaîne Youtube

Roméo Elvis dans le clip de "Dessert" finalement sorti sur sa propre chaîne Youtube © Capture d'écran Youtube

Pour comprendre le noeud du problème, il faut retourner en 2009 lors de la création de Vevo. Initialement, c'est un partenariat entre deux des trois majors (Universal et Sony Music) et Youtube, pour améliorer la visibilité des clips musicaux sur la plateforme de diffusion vidéo. Les émirats se mêleront eux aussi dans l'affaire en devenant actionnaires via la filiale Abu Dhabi Media Company. Grâce à cette initiative, les maisons de disques arrivent enfin à réguler la diffusion des clips de leurs artistes, et surtout leur monétisation.

Très vite naît un petit mouvement anti-Vevo, qui accuse le diffuseur d'avoir tué l'âme de Youtube en bloquant l'accès des clips à certains pays, en censurant certains contenus et en limitant l'intégration sur des sites externes. Des tas d'artistes se sont plaints de ces restrictions. Par exemple l'an dernier, La Fouine se plaignait de ne pas pouvoir visionner son clip Chargée, la vidéo étant bloquée au Maroc, où se trouvait le rappeur.

Plus récemment, Roméo Elvis a carrément annoncé sur son compte Twitter qu'il quittait Vevo pour migrer vers sa propre chaîne Youtube. Le rappeur devait sortir un clip extrait de son nouvel album sur son compte Vevo, mais a constaté que les personnes qui géraient son compte avaient tout bonnement sorti le clip d'un autre artiste, le marseillais YL, sur sa propre chaîne Vevo, et ce sans même le prévenir. La goutte d'eau qui a fait déborder le vase pour le bruxellois qui n'a pas manqué de le faire savoir sur les réseaux.

Le coup de grâce de Youtube

Si les polémiques n'enflent pas assez que pour atteindre réellement Vevo, le coup de grâce pourrait venir de Youtube. L'entreprise de Google a dernièrement lancé les "Official Artist Channels". Le but? Réunir toutes les vidéos du même artiste sur une seule chaîne Youtube, y compris les vidéos mises en ligne par Vevo. Un projet lancé parallèlement à la future inauguration de Youtube Remix, le site de streaming musical créé pour contrer Spotify. Avec les chaînes officielles, les artistes seraient alors les propres maîtres de leur contenu partagé et toutes les vues seraient comptabilisées sur leur propre chaîne. Une plus-value énorme pour les labels qui pourront analyser avec beaucoup plus de facilité les scores de leurs artistes sur Youtube. Mais les revenus générés par les 25 milliards de vues par mois sur les chaines Vevo sur Youtube pourraient bientôt devenir poussière, ce qui ferait perdre un revenu considérable à la société.

CEO de Vevo depuis 2015, Erik Huggers a démissionné en décembre de ses fonctions, avant d'être imité le mois dernier par son chef de produit Mark Hall. Un dernier signe qui pourrait annoncer la situation chancelante de la marque, voire une fin annoncée?

Guillaume Scheunders