Je n'ai jamais très bien compris cette affirmation comme quoi pour faire de la bonne littérature, il fallait forcément beaucoup de tendresse pour ses personnages et donc aussi aimer l'humanité qui les inspire. Comme si une bonne écriture ne pouvait être détachée, clinique, ou même cynique et cruelle? Comme si n'existaient pas d'excellents romans écrits par de pur(e)s misanthropes? Je n'ai jamais très bien compris pourquoi critiquer publiquement quelque chose relèverait de la pure perte de temps, une simple occasion manquée de partager un enthousiasme; qu'il n'y a là le plus souvent que l'expression d'une aigreur malade. Comme si
...