Le Net est le terrain de jeu privilégié de cette justice expéditive. Ce qui devait être au départ une agora où chacun allait pouvoir prendre la parole quel que soit son rang s'est transformé en nouveau tribunal de l'Inquisition. Une blague douteuse, un mensonge démasqué, une photo inconvenante ou parfois même juste le mauvais numéro à la loterie des boucs-émissaires -chez les ados en particulier- et c'est le lynchage digital assuré, le harcèlement méthodique et massif visant moins à donner une leçon qu'à détruire, pulvériser socialement la cible. Ici, pas de Cour d'appel, pas de pourvoi en cassation, pas de peine alternative, pas de place pour la rédemption et encore moins le pardon. Les vengeurs plus ou moins masqués pratiquent la politique de la terre brûlée. Même la justice divine est plus clémente...
...