Il fait partie de ces cinéastes éminemment plastiques pour qui un simple flash visuel peut justifier à lui seul la mise en chantier d'un film. En l'occurrence, ici, l'image de quelques chiens enfermés dans une cage assistant en témoins à l'explosion de la férocité humaine. Ce renversement de perspective est le coeur battant de
...