Marilyn Monroe, c'est une filmographie impressionnante en 36 ans d'existence avec une trentaine d'oeuvres, une beauté quasi irréelle, une voix si reconnaissable et une histoire incroyable, notamment avec les hommes de sa vie (James Dougherty, Joe DiMaggio, Arthur Miller mais aussi Yves Montand). Jusqu'à sa fin tragique en 1962, objet de nombreuses spéculations, entre suicide et assassinat.

La galerie parisienne L'Instant met à l'honneur les facettes plus méconnues de cette icône du cinéma hollywoodien des années 1950, dont les photographies envahissent médias, publicité, vêtements, voire décoration d'intérieur. Julia Gragnon, qui organise l'exposition, a sélectionné des images légèrement plus confidentielles. On (re)découvre par exemple le travail de Sam Shaw, qui a justement réalisé la fameuse photo de la bouche de métro, mais également plusieurs clichés de la comédienne pendant sa première année de mariage avec Arthur Miller en 1957, où elle resplendit de bonheur.

Pour comprendre la mélancolie et les fêlures d'une artiste noyée sous son image glamour, l'exposition met également en valeur des images de Lawrence Schiller, présent sur le tournage du dernier film inachevé de Marilyn, Something's Got to Give de George Cukor. Quelques photographies sont enfin tirées de la "dernière séance", immortalisée par Bert Stern pour Vogue, six semaines avant la mort de l'actrice, avec une robe noire et une profonde tristesse.

Un demi-siècle après son décès, la star et son charme intemporel continuent donc de fasciner lieux d'arts et public.

Salammbô Marie

Marilyn, à la galerie L'Instant de Paris, ouverte tous les jours, du 7 décembre au 13 février 2018. Plus d'informations sur le site de la galerie.